Chroniques·Livres

Stepbrother : un manque de crédibilité flagrant

J’ai lu de très nombreuses critiques sur ce roman, très élogieuses et surtout qui promettaient une bonne lecture, d’autant plus que le résumé était très alléchant !

« Quand Greta a appris que son demi-frère venait vivre avec eux, elle était à la fois curieuse et heureuse de faire la connaissance du fils de son beau-père. Malheureusement, elle a vite déchanté. Elec est tout simplement odieux avec elle. Pourtant, elle se sent attirée par ce garçon tatoué qui semble tout faire pour cacher ses blessures. Lentement, leur relation évolue, il s’ouvre petit à petit jusqu’à une nuit inoubliable. Le lendemain, Elec est parti, il disparaît de sa vie aussi vite qu’il y était apparu. Sept ans plus tard, un drame familial les réunit à nouveau. Greta comprend alors que l’adolescent qui s’amusait à la faire tourner en bourrique est devenu un homme très séduisant qui va lui faire tourner la tête. Sauront-ils à nouveau se faire confiance ? »

Or malheureusement j’ai été très déçue. Je crois que j’en attendais un peu trop de cette romance ; ce n’est pas un mauvais « new adult » mais c’est très loin de ce que j’imaginais dans ma petite tête !

Cette petite déception est due à plusieurs points assez frustrants. Tout d’abord les personnages ont des prénoms assez étranges, ce qui a fait que j’ai eu du mal à rentrer dans l’histoire. Oui, pour moi le choix des noms est important; pour ce roman à chaque fois que je lisais, j’avais un fou rire silencieux dans ma tête. Non mais sérieusement : Elec et Greta ! Ce n’est pas très « livrégénique » (©Fatima ha ha) ! En bref c’était des noms très bizarres qui m’ont éloigné de ma lecture.

Ensuite se sont accumulées des choses un peu trop farfelues à mon goût : la fille complètement à l’ouest (parce qu’elle est amoureuse ?) et sans aucune fierté qui craque pour un mec qui la déteste et qui l’emmerde – excusez-moi de le dire; le passé du « beau-frère » pas crédible pour un sou ; et enfin la césure de 7 ans qui est tellement mal amenée et mal développée que ça a fini de m’achever.  Ils sont sensés avoir évolué or ce n’est pas le cas on retrouve les mêmes dialogues de gamins que lorsqu’ils étaient adolescents ! Maturité zéro, surtout du côté de Greta, elle est restée bloqué sur le gars comme une groupie bizarre…

Le seul point intéressant du livre fut le changement de point de vue dans la narration. Et encore, la répétition des conversations était un peu lassante au bout d’un moment. Mais le fait est que c’était assez bien amené ; on passe du « regard » toujours perdu de l’héroïne à celui un peu plus sensé, un peu plus mature d’Elec. On découvre son histoire, son passé, ses secrets et c’était intéressant ! Malheureusement, ce n’était pas plausible et je suis tombée de très haut…

En résumant un peu, je dirais que « Stepbrother dearest » est un roman qui manque de crédibilité : à la fois dans la construction de l’histoire que dans celle des personnages ! On fait face à plusieurs lacunes qui gâchent le potentiel de cette romance : on ne s’identifie pas aux personnages qui sont poussés à l’extrême dans leur caractère (le bad boy qui cache un grand cœur et la fille sans fierté ni amour-propre qui fait une fixette sur un gars comme une groupie psychopathe); mais surtout tout y est prévisible

Stepbrother infos

Fatima.


Et vous, qu’en avez-vous pensé ?
N’hésitez pas à commenter / partager / aimer ! 🙂

2 réflexions au sujet de « Stepbrother : un manque de crédibilité flagrant »

  1. Je ne l’ai pas lu, mais rien que par son titre, je n’en avais pas envie. Et ta chronique me confirme mon intuition première.
    (aparté inutile : je DETESTE les romances où les auteurs se sentent obligés de créer des obstacles genre « amour interdit », du coup, c’était vraiment mal barré pour moi)

    1. Franchement tu perds pas grand chose à ne pas le lire 😀 Comme je l’ai écrit c’est pas très bon… y a vraiment mieux comme romance !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *