Chroniques·Livres

Six : une anticipation auto-éditée qui vaut le coup d’oeil !

Généralement je suis plus lectrice de fantasy que de science-fiction ; pas que je n’aime pas le genre, mais plutôt parce que les thèmes abordés me font plus rêver que ceux de la science-fiction. En tout cas avec « Six » de Khalysta Farall, une auteur auto-éditée qui m’a gracieusement offert son livre, je me suis lancée pour renouer avec le genre et pour voir un peu si l’univers avait du potentiel.

« Ils sont arrivés un jour et ont détruit notre planète …». C’est en entendant répéter cette phrase que Cowl, un jeune pilote, a grandi sur une flotte spatiale. Fuyant un ennemi que nul ne semble avoir vu depuis longtemps, les derniers humains avancent inlassablement dans les espaces inconnus et inexplorés sans jamais se fixer nulle part. Mais un jour, alors qu’il explore une nouvelle planète, Cowl trouve une jeune fille étrange et partiellement amnésique. Qui est-elle ? D’où vient-elle ? Et surtout, comment se fait-il qu’elle sache autant de choses sur la Terre et ce qui s’y est passé des siècles auparavant ?

Que dire sinon que Khalysta Farall est une jeune auteur de talent ! J’ai adoré son univers, son roman d’anticipation m’a transporté dans un futur qui tient la route et qui m’a semblé en résonance avec notre époque avec un thème en particulier, et ce, malgré de légères lacunes.

En effet, le personnage principal est vraiment déroutant ! C’est littéralement un mouton : il est pathétique, sa vie est inutile et surtout il suit la masse sans se poser de questions. Oh il sait bien que quelque chose cloche, surtout après sa rencontre avec Six, mais ce n’est pas suffisant car son absence de personnalité et de finalité en fait un vrai anti-héros ! Son côté grincheux, paresseux et surtout pleurnichard m’a donné envie de lui donner quelques claques pour qu’il se secoue un peu. Mais avec ce personnage, on touche du doigt un sentiment, une question qui résonne en nous aujourd’hui : à quoi sert notre vie ? Cette question philosophique est souvent présente en SF. Et cela faisait longtemps que je ne l’avais pas vu évoqué aussi clairement. Cowl est assez représentatif du mal-être de notre époque, de ce besoin compulsif que l’on a de suivre la masse en oubliant de se démarquer et de vivre pour un but.

En tout cas, heureusement que Six était là pour contrebalancer le caractère de carpette du héros ! Une fille volontaire et forte qui n’hésite pas à être violente pour se faire entendre, qui sait se battre pour ses convictions et qui se refuse à faire le mouton ! Un personnage comme je les aime ! Et pourtant ! Tout tourne autour d’elle et nous n’avons pas accès à ses pensées, ou alors que très rarement, nous obligeant à nous baser sur les ressentis des autres personnages pour se rendre compte en intégralité du caractère sensible mais fort de Six. Cette manière détournée de nous livrer un personnage m’a assez frustré à certains moments mais bizarrement j’ai apprécié Six d’une façon différente, avec ses parts d’ombres et ses secrets, comme un vrai être humain. Il faut vraiment du talent pour que cela nous suffise à nous lecteurs, assoiffés de détails ! Alors chapeau, l’auteur !

Chapeau également pour ses machines ! J’ai adoré le concept de machines à intelligence artificielle. Chacune a rajouté une bonne dose d’humour, une humanité en plus mais surtout de l’originalité ! C’était magique de les voir agir, interagir avec les autres humains et surtout devenir des personnages à part entière ! Khalysta Farall les a vraiment bien développés : j’ai été fasciné par leurs fonctions, leurs capacités et leur symbiose avec leurs partenaires.

Malgré ça, « Six » est un roman qui comporte quelques lacunes. En effet, j’ai été un peu déçu de la fin. C’est peut-être mon côté fan de happy ending mais je m’attendais à tout sauf ça ; je m’attendais à un retournement de situation pour que ce qu’il s’est produit n’arrive pas et au final mon souhait n’a pas été exaucé. Et puis, comme évoqué plus haut, le personnage principal est un anti-héros mais il avait un énorme potentiel d’évolution et jusqu’à sa prise de conscience sur la plage, j’en attendais beaucoup; au final, il est resté la majeure partie au rang de spectateur. Peut-être était-ce voulu par l’auteur, peut-être la suite le verra évoluer mais je ne l’ai pas vu se réaliser complètement et c’était assez frustrant. Idem pour mes questions. Certaines sont restées sans réponse à la fin de ce premier tome. Peut-être que cela sera aussi évoqué dans le second mais cela laisse quand même un petit goût d’inachevé, surtout lorsque l’on n’a pas d’épilogue.

En résumé, « Six » a largement rempli mes attentes : aventures, humour, intelligences artificielles et surtout originalité ! J’ai adoré suivre les deux principaux personnages de ce roman que l’auteur a diamétralement opposé :  Six, volontaire parfois – souvent – violente mais qui se bat pour une cause juste; et Cowl, l’anti-héros par excellence, véritable mouton dans l’âme, grincheux et paresseux qui se laisse porter dans des aventures auxquelles il ne veut pas participer. Un très bon roman d’anticipation qui respecte tous les codes de la science-fiction 🙂 ! Je nuance au final pour dire qu’il comporte quand même quelques lacunes (qui seront corrigées dans le 2e tome j’en suis sûre) qui laissent un goût d’inachevé à la fin de ce premier tome.

Pour finir je tiens à remercier Khalysta Farall, auteur auto-éditée, qui m’a laissé la possibilité de lire son roman ! N’hésitez pas à la soutenir en achetant la version epub/papier de son livre, vous ne le regretterez pas si vous êtes adeptes du genre ou si vous voulez vous y lancer ! Découvrez également sa page facebook pour vous tenir informé des prochaines parutions ! 🙂

six_infos

3 réflexions au sujet de « Six : une anticipation auto-éditée qui vaut le coup d’oeil ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *