Chroniques·Livres

L’Origine des mondes : une dystopie auto-éditée réussie !

Aujourd’hui je vais vous parler d’une dystopie que j’ai particulièrement aimé ! « L’origine des mondes » manquait à ma collection de dystopie réussie et c’est avec joie que je vous dis pourquoi dans cette chronique ! 🙂

Suivez les aventures de la jeune Éloïse à la poursuite d’un destin hors du commun.
Que feriez-vous si l’on vous révélait le plus grand secret de l’univers ?
Lorsque cet homme au regard étrange la poursuit, Éloïse, elle, n’a pas d’autre choix que d’y croire.
Entraînée dans un voyage mystérieux, elle tente alors de découvrir une vérité cachée depuis des millions d’années.
Et si tout ce qu’elle a pu vivre jusqu’ici n’était qu’un prélude à sa destinée exceptionnelle ?

Je commencerai par citer les quelques défauts qui m’ont sautés aux yeux mais qui n’ont, au final, pas gêné ma lecture (pour m’en débarrasser et passer directement aux nombreux points positifs de cette dystopie).
Tout d’abord ce qui m’a le plus perturbé c’est l’emploi abusif et parfois malvenu du passé simple, presque tout le temps. Cela ne rend pas la lecture fluide, c’est même parfois très moche à l’oreille (#expression de malade 😀 ). L’utilisation du présent est préférable, voire même fortement conseillé. Ensuite les fautes d’orthographe, j’en ai vu plusieurs et c’est assez perturbant quand on est pris dans la lecture d’un roman génial. Pour finir, le résumé : il ne rend pas du tout justice à ce roman. Je dirais même qu’il est faux, à la lumière de cette lecture.
Voilà, c’est fini, ouf ! Bon je « reproche » tout ça à l’auteur mais au final c’est la plateforme d’édition qui aurait dû se rendre compte de ces petits défauts. En tout cas, les points positifs l’emportent largement et rendent cette lecture – et par là ce roman – génialissime !

J’ai adoré chacun des personnages et leurs personnalités, leurs défauts mais également leurs qualités ! Raphaël et son côté sûr de lui, avec sa volonté de fer et son charisme de malade. Mais également Raphaël et son autre facette : menteur et cachottier. Julia, la meilleure amie complètement fofolle mais tellement loyale et protectrice et qui est là pour contrebalancer la personnalité de l’héroïne. Martin, le petit frère intello, qui se croit un peu supérieur mais qui est si trognon qu’on en oublie ses défauts. Et enfin, Éloïse l’héroïne : une telle gamine dans son comportement qu’on a envie de la secouer comme un prunier pour lui faire entendre raison. Et pourtant on s’y attache à cette Éloïse, car malgré ses nombreux défauts, elle les accepte et se remet souvent en question. Ce n’est pas un personnage parfait, qui a tellement de qualités que ça te fait peur à toi lectrice « insignifiante »; non, c’est une humaine comme tout le monde et elle n’est pas mieux que toi et moi, et c’est ça qui est bien :).

Ce premier tome est excellent mais ce n’est que le début. En effet, ce tome est seulement introductif ! L’auteur nous dévoile les personnages clefs, leurs pouvoirs, le monde dans lequel ils devront évoluer mais laisse de côté l’intrigue qui sous-entend le tout – enfin c’est évoqué mais c’est quelque chose qui est pour l’instant lointain. L’auteur dessine une esquisse d’un monde dont on ne voit pas la totalité dans ce premier tome; mais surement dans le second tome, vu comment il finit. Et malgré cela, on plonge tout de suite dans cet univers fantastique et particulier.

L’action se déroule au début en France et j’ai apprécié ce petit côté familier, je me suis retrouvée dans un environnement que je connaissais et c’était assez drôle. Ensuite on change carrément d’univers et d’environnement avec une nouvelle faune ! J’ai vraiment pris plaisir à découvrir cette nature qui est omniprésente dans ce roman; elle y est respectée et mis en avant par les personnages (j‘ai adoré le petit singe <3). Avec cette mise en avant, on comprend au fur et à mesure de notre lecture que l’auteur essaye de nous faire passer un message. Elle nous fait prendre conscience des défauts des humains, de leur gaspillage des ressources limitées d’une Terre qui s’épuise de plus en plus et qui est vouée à disparaître sans changement. Cette prise de conscience se fait en douceur et sous forme de débat et d’explications par les personnages : on a tous les points de vue (les sceptiques et les convaincus voire même les « je-m’en-foutiste ») et pas seulement un seul. Nous lecteurs, nous savons ce message écologique vrai – enfin moi en tout cas -, et cela rend ce roman plus authentique, moins déconnecté de la réalité comme souvent pour les dystopies jeunesses ou young-adult.

En résumé, ce roman contient tout ce que j’aime : des personnages plein de défauts mais attachants, une intrigue qui promet et un message qui nous fait réfléchir sur nous-même et nos actions. « L’Origine des mondes » n’est pas une simple dystopie c’est aussi une prise de conscience, servie par un style simple mais accrocheur ! L’auteur frappe fort dès ce premier tome et j’ai vraiment hâte de lire la suite pour appréhender l’aventure en entier. Soutenez France Missud et son roman – une pépite – car c’est une auteur auto-éditée qui mérite le succès ! N’hésitez pas à visiter sa page d’auteur ! 🙂 Je tiens d’ailleurs à la remercier pour m’avoir donné l’occasion de lire son roman <3 !

origine_des_mondes_infos

11 réflexions au sujet de « L’Origine des mondes : une dystopie auto-éditée réussie ! »

    1. Si elle l’est, il faut juste faire abstraction des petites erreurs, que l’auteur va dailleurs corriger très vite ! Ne rate pas ce livre ! 🙂

  1. Bonjour Fatima ! Je ne sais pas trop si l’auteur elle-même a le droit de commenter haha, mais au pire tu effaceras mon commentaire hein 🙂

    Merci mille fois d’avoir accepté de lire mon livre et d’en avoir fait une chronique, je suis plus que ravie !
    Les mochetés dues à l’emploi des « nous entrâmes » « qu’il fusse » etc… sont en train d’être corrigées pour la nouvelle version qui devrait être dispo avant septembre 🙂

    Et je n’en reviens pas qu’on comprenne mes intentions, je ne savais pas si on arriverait à lire entre les lignes, je suis super contente !

    J’adore ton blog et tes avis, je te souhaite encore pleins d’abonnés pour la suite car tu le mérites (et pas seulement parce que tu as été sympa haha)

    1. Salut France 🙂 ! Il n’y aucun soucis tu peux poster autant que tu veux, c’est ta page 😀
      Je tiens à te rassurer : même avec ces verbes ton livre est énorme ! La qualité ne change pas 🙂 J’ai hâte de relire la version améliorée 😉
      Je suis contente que tu aimes 🙂 Merci beaucoup de m’avoir laissé lire ton livre ! ^&

  2. Hello, étant donnée que c’est de l’auto-édition, la plateforme qui distribue/publie le livre n’a pas à toucher au contenu du roman. D’ailleurs, de nombreux écrivains (parfois très célèbres) font régulièrement des fautes d’orthographe que l’éditeur corrige ; remet en forme et ils rediscutent ensemble du remaniement du manuscrit. Le risque de l’auto-édition, c’est d’avoir de nombreux amis pas assez critiques qui vous encouragent à publier un manuscrit bourré de lacunes.

    1. Je ne suis pas sûre de moi mais je crois qu’ils ont un service de correction, même si c’est de l’auto-édition. L’auteur m’en avait parlé. En tout cas ce roman vaut vraiment le coup et on passe largement au-dessus des fautes lorsqu’on est pris dans l’histoire. Je l’ai mentionné dans ma chronique pour que l’auteur corrige mais c’est très léger 🙂
      Merci pour ton commentaire ! 🙂

    2. Bonjour MGH,

      Un peu de retard dans la réponse haha (enfin je me permets de répondre même si c’était adressé à Fatima 🙂 )
      En effet ma plateforme/maison d’édition a un service de correction. Je dirai que cette « entreprise » se place entre la plateforme et la maison car il y a une sélection (bien moins difficile que les maisons traditionnelles évidemment) et un vrai travail derrière : couv, correction, mise en page, mentions légales, conseils marketing etc…
      Ils ne m’ont rien imposé, mais quand ils m’ont donné la correction j’ai fais l’erreur de seulement vérifier que c’était juste et pas de lire dans le contexte. Et les subjonctifs du présent passaient très bien dans ma première version non corrigée alors que les subjonctifs de l’imparfait pas du tout ! Mais entre temps tout a été rétabli et la version papier est (presque) parfaite 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *