RDV littéraires·Rentrée littéraire

La rentrée littéraire de janvier 2017 !

Après l’effervescence de Noël et les retours de cadeaux (« il/elle l’a déjà », « j’aime pas ce cadeau » etc.), les éditeurs nous lancent une dernière fournée avant l’été ! La rentrée littéraire d’hiver marque l’entrée dans la nouvelle année et je trouve que, généralement, les livres qui paraissent pendant cette période sont dix fois meilleurs que ceux de la rentrée littéraire de septembre. Et franchement vu le nombre de livres que j’ai mis dans ma liste, cette année ne déroge pas à *ma* règle 🙂 ! Alors faites place aux nouveautés ! 

couv_rl_janvier


La fin du monde n’aurait pas eu lieu – Patrick Ourednik (Allia)

fin_du_monde_naurait_pas_eu_lieu_ourednik

Il y a tant d’histoires : réelles, fausses, grandes ou petites… Alors, quelle est la ‘‘vraie’’ histoire ? Prenez Gaspard Boisvert, ex-conseiller du président le plus stupide que les États-Unis aient connu, devenu publicitaire pour Pernod-Ricard (‘‘Un verre, ça va, deux verres, ça va mieux’’). Mais il ne s’agit pas vraiment de lui. Il y a bien la grande Histoire, celle de la guerre, avec ses dates, ses tableaux, ses statistiques aléatoires. Mais non, ce n’est pas réellement le sujet. Imaginez alors que Gaspard Boisvert cache un lourd secret, que son grand-père soit Adolf Hitler par exemple et que Patrik Ourednik le découvre. Pas le vrai Ourednik, non, le personnage du livre, lui aussi romancier et obsédé par la fin du monde. Vous me suivez ? Pourtant entre la blague des deux chinois, l’histoire des religions, celle du Viagra, l’hymne maltais, l’étymologie du prénom Adolf, le végétarisme ou l’Apocalypse qui se profile, prenez garde, il n’est pas exclu qu’on soit tout simplement en train de se payer votre tête.

Le Bureau des Jardins et des Étangs – Didier Decoin (Stock)

bureau_des_jardins_et_des_etangs

Japon, aux alentours de l’an Mil, Shimae, un village paysan sur les bords de la rivière Kusagawa. Cet humble village a un talent : celui d’abriter le pêcheur Katsuro, virtuose dans l’art d’attraper et de transporter des carpes de grande valeur vers la ville impériale d’Heiankyo, la cité de tous les raffinements, de tous les plaisirs, et surtout la ville où se trouve le bureau des jardins et des étangs. À la mort de Katsuro, qui se noie dans la rivière, qui parmi les villageois va pouvoir prendre sa suite ? Poser sur son dos le lourd fardeau des nacelles d’osier où tournoient les carpes boueuses et, en équilibre, marcher jusqu’à l’épuisement, traverser tous les dangers jusqu’à la capitale ? Qui ? Sinon la veuve de Katsuro, la ravissante, l’effarouchée, la délicate Miyuki. Mais sera-t-elle capable d’une tâche pareille ?

Des coccinelles dans des noyaux de cerise – Nan Aurousseau (Buchet-Chastel)

des_coccinelles_dans_des_noyaux_de_cerise_aurousseau

A Fresnes, où il fait un séjour pour vol avec ruse, François partage sa cellule avec Medhi, un cador du grand banditisme. Ce Medhi, c’est du lourd. D’ailleurs, il ignore superbement François qu’il considère comme de la pure gnognotte. François, de son côté, est tout miel, en rajoute et se fait le serviteur zélé et naïf de Medhi. Peu à peu, le lecteur découvre le plan machiavélique de François…

Article 353 du code pénal – Tanguy Viel (Editions de Minuit)

article_353_du_code_penal

Pour avoir jeté à la mer le promoteur immobilier Antoine Lazenec, Martial Kermeur vient d’être arrêté par la police. Au juge devant lequel il a été déféré, il retrace le cours des événements qui l’ont mené là : son divorce, la garde de son fils Erwan, son licenciement et puis surtout, les miroitants projets de Lazenec. Il faut dire que la tentation est grande d’investir toute sa prime de licenciement dans un bel appartement avec vue sur la mer. Encore faut-il qu’il soit construit.

Ronce-Rose – Eric Chevillard (Editions de Minuit)

ronce-rose-chevillard

Si Ronce-Rose prend soin de cadenasser son carnet secret, ce n’est évidemment pas pour étaler au dos tout ce qu’il contient. D’après ce que nous croyons savoir, elle y raconte sa vie heureuse avec Mâchefer jusqu’au jour où, suite à des circonstances impliquant un voisin unijambiste, une sorcière, quatre mésanges et un poisson d’or, ce récit devient le journal d’une quête éperdue.

Dieu, Allah, moi et les autres – Salim Bachi (Gallimard)

dieu_allah_moi_et_les_autres_bachi

«Comme tous les gamins d’Algérie, je vivais dans la crainte de ne pas être assez bon pour échapper au châtiment du Grand Méchant Allah. À l’école non plus, je n’échappais pas à la question. En classe, nous apprenions l’arabe en récitant le Coran. Pour lire le Coran, il fallait connaître l’arabe et pour connaître l’arabe, le Coran… un cercle arabo-islamo-vicieux. Je n’y entendais bientôt plus rien, ni à l’arabe ni au Coran… alors je recevais des coups de règle sur les doigts parce que je m’étais trompé pendant ma récitation de la sourate qui nous promettait l’enfer, elles nous le promettaient toutes. Je ne sais combien de fois reviennent les mots Djahanem et châtiment dans le Coran, mais c’est impressionnant. Tout le Livre tourne autour de ces deux mots : enfer et damnation.» Ainsi débute le récit d’une libération, celle de l’auteur. Celui-ci finira par rejeter la religion de ses ancêtres, l’islam, se détachera de la nation où il est né et refusera tous les endoctrinements pour trouver refuge dans les livres et la littérature.

Dans la forêt – Jean Hegland (Gallmeister)

dans_la_foret-hegland

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’éléctricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

No home – Yaa Gyasi (Calmann-Levy)

no_home_gyasi

XVIIIe siècle, au plus fort de la traite des esclaves. Effia et Esi naissent de la même mère, dans deux villages rivaux du Ghana. La sublime Effia est mariée de force à un Anglais, le capitaine du Fort de Cape Coast. Leur chambre surplombe les cachots où sont enfermés les captifs qui deviendront esclaves une fois l’océan traversé. Effia ignore que sa sœur Esi y est emprisonnée, avant d’être expédiée en Amérique où des champs de coton jusqu’à Harlem, ses enfants et petits- enfants seront inlassablement jugés pour la couleur de leur peau. La descendance d’Effia, métissée et éduquée, connaît une autre forme de souffrance : perpétuer sur place le commerce triangulaire familial puis survivre dans un pays meurtri pour des générations

La tristesse des éléphants – Jodi Picoult (Actes Sud)

la_tristesse_des_elephants_picoult

La mère de Jenna, Alice, a disparu lorsque celle-ci n’avait que trois ans. Aujourd’hui, elle en a treize et est bien décidée à retrouver sa trace. Elle n’a qu’une certitude : jamais sa mère ne l’aurait abandonnée. Jenna se met à relire le journal de bord d’Alice, une scientifique qui étudiait le deuil chez les éléphants. Pour progresser dans sa quête, elle s’adjoint les services de Serenity Jones, une voyante qui prétend être en lien avec l’au-delà, et de Virgil Stanhope, l’inspecteur qui avait suivi l’enquête à l’époque.

Aveu de faiblesses – Frédéric Viguier (Albin Michel)

Aveu-de-faiblesses

« Je suis laid, depuis le début. On me dit que je ressemble à ma mère, qu’on a le même nez. Mais ma mère, je la trouve belle. » Ressources inhumaines, critique implacable de notre société, a imposé le ton froid et cruel de Frédéric Viguier dont le premier roman se faisait l’écho d’une « humanité déshumanisée ». On retrouve son univers glaçant et sombre, qui emprunte tout à la fois au cinéma radical de Bruno Dumont et au roman social. Mais au drame d’un bourg désindustrialisé du nord de la France, Frédéric Viguier ajoute le suspense d’un roman noir. Dès lors, l’histoire d’Yvan, un adolescent moqué pour sa laideur et sa différence, accusé du meurtre de son petit voisin, prend une tournure inattendue.

La porte du ciel – Dominique Fortier (Les escales éditions)

Au cœur de la Louisiane et de ses plantations de coton, deux fillettes grandissent ensemble. Tout les oppose. Eleanor est blanche, fille de médecin ; Eve est mulâtre, fille d’esclave. Elles sont l’ombre l’une de l’autre, soumises à un destin qu’aucune des deux n’a choisi. Dans leur vie, il y aura des murmures, des désirs interdits, des chemins de traverse. Tout près, surtout, il y aura la clameur d’une guerre où des hommes affrontent leurs frères sous deux bannières étoilées. Plus loin, dans l’Alabama, des femmes passent leur vie à coudre. Elles assemblent des bouts de tissu, Pénélopes modernes qui attendent le retour des maris, des pères, des fils partis combattre. Leurs courtepointes sont à l’image des Etats-Unis : un ensemble de morceaux tenus par un fil – celui de la couture, celui de l’écriture.

Quelques jours dans  la vie de Tomas Kusar – Antoine Choplin (La fosse aux ours)

quelques_jours_dans_la_vie_de_tomas_kusar

Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar ou comment un jeune cheminot de Trutnov (Tchécoslovaquie) croise sur son chemin Vaclav Havel, comment une amitié se noue entre les deux hommes entre parties d’échecs et bières partagées jusqu’au balcon du Château, place Venceslas, à Prague… Le dernier roman d’Antoine Choplin, inspiré d’une histoire vraie, s’intéresse comme souvent aux humbles et montre comment, parfois, le destin les porte, les fait basculer du côté des justes et les fait participer, presque par hasard, à la grande Histoire…

Née contente à Nairobi – Bérengère Cournut (Le Tripode)

nee_contente_oraibi

Née contente à Oraibi conte le destin d’une jeune Amérindienne d’Arizona. Le peuple hopi vit depuis des siècles sur un plateau aride, dans des conditions de dénuement extrême. Soumis aux contraintes d’une région désertique, il a développé une cosmogonie extraordinaire et des croyances qui font communier la vie et la mort, la lumière et la nuit, les esprits, les animaux et les hommes. À travers la quête d’une jeune orpheline qui salue le Soleil en riant, c’est la beauté de ce monde aux antipodes du nôtre qui se révèle, et demeure.

La désobéissante – Jennifer Murzeau (R. Laffont)

la_desobeissante

Paris, 2050. Bulle découvre, catastrophée, qu’elle est enceinte. Autour d’elle, le monde est un naufrage. Sous des dômes, les plus riches se calfeutrent, ignorant les misérables qui se débattent au dehors, rendus inutiles par l’automatisation. Le chômage a atteint 70%, la violence envahit les rues. Les plus dociles gobent leur Exilnox, les yeux voilés par des implants connectés. Sur les holordis, les murs, partout, brillent les pubs et les flashs info anxiogènes. Alors un enfant, là-dedans… Pourtant le garder, c’est refuser de se résigner. Avec une poignée de hackers, Bulle choisit la lutte.

La naissance du sentiment – Jean-François Kervéan (R. Laffont)

la_naissance_du_sentiment

Nous sommes avant Socrate, Platon, Aristote et dans la Grèce du Ve siècle avant J.-C. À Sparte, la citoyenne Carthas, veuve de grand guerrier, met au monde un fils, Aphranax. L’enfant présente une malformation invisible, dans une société qui élimine les faibles. Victime d’un sentiment maternel interdit chez les siens, la veuve Carthas va dissimuler cette faille. Sa conduite hors la loi provoque le Destin. Le vieux monde vacille : Athènes poursuit son envol démocratique, les cités doivent s’unir face à l’envahisseur perse, les Dieux semblent lâcher les Grecs. Les rois, les peuples, les Pythies, la pensée basculent vers les temps nouveaux…

La Baleine Thébaïde – Pierre Raufast (Alma)

la_baleine_thebaide

Fraîchement diplômé, Richeville, jeune homme timide et idéaliste embarque au nord de l’Alaska, sur un bateau. Objectif : retrouver la fameuse « baleine 52 », qui chante à une fréquence unique au monde. Mais l’équipage affrété par le sinistre Samaritano Institute a d’autres desseins. Au menu : le sinistre Dr Alvarez, un hacker moscovite, une start-up californienne, une jolie libraire et des cétacés solitaires, mutants ou électroniques qui entrainent Richeville dans un tourbillon d’aventures extraordinaires.

Les Premiers – Xabi Molia (Seuil)

les_premiers_molia

« Jetant un œil à sa montre, il s’aperçut qu’il allait être en retard, lorsque la pensée qu’il irait plus vite en volant se présenta dans son esprit. L’instant d’après, son pied droit prenait appui dans l’air devant lui, à quelque vingt centimètres du sol, puis son pied gauche avait suivi. Maintenant, il se tenait à sept ou huit mètres au-dessus de la foule. Son cœur battait à tout rompre. Il frissonnait. » Un jour de janvier, Jean-Baptiste se découvre le pouvoir de voler, comme, au même moment, six hommes et femmes de son âge. Bientôt, ils manifestent d’autres capacités prodigieuses. Leur vie bascule. La nôtre aussi.

Les Furies – Laurent Goff (Editions de l’Olivier)

les_furies_groff

« Le mariage est un tissu de mensonges. Gentils, pour la plupart. D’omissions. Si tu devais exprimer ce que tu penses au quotidien de ton conjoint, tu réduirais tout en miettes. Elle n’a jamais menti. Elle s’est contentée de ne pas en parler. » Ils se rencontrent à l’université. Ils se marient très vite. Nous sommes en 1991. À vingt-deux ans, Lotto et Mathilde sont beaux, séduisants, follement amoureux, et semblent promis à un avenir radieux. Dix ans plus tard, Lotto est devenu un dramaturge au succès planétaire, et Mathilde, dans l’ombre, l’a toujours soutenu. Le couple qu’ils forment est l’image-type d’un partenariat réussi. Mais les histoires d’amour parfaites cachent souvent des secrets qu’il vaudrait mieux taire.

Le pont sans retour – Vincent-Paul Brochard (Picquier – premier roman)

le-pont-sans-retour-brochard

A l’occasion d’un voyage en Asie, la jeune Julie Duval est kidnappée, embarquée de force sur un cargo et emmenée à Pyongyang. Elle découvre peu à peu un monde totalement inconnu, sans savoir quel rôle lui est attribué au sein d’un échiquier de forces qui la dépassent. Dans un climat oppressant à la violence imprévisible, elle devra apprendre à maîtriser les codes et les usages du système nord-coréen pour survivre.


Ça donne envie n’est-ce pas ? 🙂
Et vous, vous avez repéré certains titres qui n’apparaissent pas dans cette petite liste ?
N’hésitez pas à me le dire en commentaire !

4 réflexions au sujet de « La rentrée littéraire de janvier 2017 ! »

    1. Si ce titre te tente, tu devrais peut-être lire son autre roman : « La Fractale des raviolis » qui est tout simplement génialissime 🙂 ! Merci d’être passé ^^

  1. J’ai lu « La Baleine Thébaïde », je vais bientôt attaquer « Les Furies ». Pour l’instant je me régale avec « Les Vérités provisoires » d’Arnaud Dudek (à paraître le 16 février).

    1. Oui j’ai lu ta chronique ! 😀 et que tu aies pu interviewer l’auteur, qu’elle chance 😮 j’adore « La Fractale des ravioli » <3 . Je ne connais pas celui que tu lis mais je te souhaite une bonne lecture 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *