Rentrée littéraire

Focus sur la rentrée #8 : Zulma / Sabine Wespieser / Seuil / Presses de la Cité / Métailié / Verdier / Héloïse d’Ormesson / Les éditions noir sur blanc / Editions des Equateurs !

Pour cette première rentrée en tant que blogueuse, je vous parlerai des sorties de la rentrée littéraire (entre mi-août et fin octobre), événement pendant lequel on consacre des auteurs et qui compte beaucoup pour les maisons d’édition 🙂

J’ai décidé de faire un récap’ par éditeurs; listant les livres qui m’intéressent. Evidemment parmi les 560 romans de prévu pour cette rentrée 2016, je ne les citerai pas tous et si par hasard j’oublie une maison aux titres prometteurs, n’hésitez pas à me le faire savoir en commentaire – car oui, je soutiens les petits éditeurs ! 🙂focus_rentre_litteraire_2016

ZULMA

Le Garçon – Marcus Malte
Sortie : 18 août 2016 / Prix : 23.50e

le_garcon

Il n’a pas de nom. Il ne parle pas. Le garçon est un être quasi sauvage, né dans une contrée aride du sud de la France. Du monde, il ne connaît que sa mère et les alentours de leur cabane. Nous sommes en 1908 quand il se met en chemin – d’instinct. Alors commence la rencontre avec les hommes : les habitants d’un hameau perdu, Brabek l’ogre des Carpates, philosophe et lutteur de foire, l’amour combien charnel avec Emma, mélomane lumineuse, à la fois sœur, amante, mère. « C’est un temps où le garçon commence à entrevoir de quoi pourrait bien être, hélas, constituée l’existence : nombre de ravages et quelques ravissements. » Puis la guerre, l’effroyable carnage, paroxysme de la folie des hommes et de ce que l’on nomme la civilisation. Itinéraire d’une âme neuve qui s’éveille à la conscience au gré du hasard et de quelques nécessités, ponctué des petits et grands soubresauts de l’Histoire, le Garçon est à sa façon singulière, radicale, drôle, grave, l’immense roman de l’épreuve du monde


Le Messie du Darfour – Abdelaziz Baraka Sakin
Sortie : 18 août 2016 / Prix : 18e

le_messie_du_darfour_sakin

« C’était la seule à Nyala et sans doute même dans tout le Soudan à s’appeler Abderahman. »
Avec son prénom d’homme et sa cicatrice à la joue, terrible signe de beauté, Abderahman est la fille de fortune de tante Kharifiyya, sans enfant et le cœur grand, qui l’a recueillie en lui demandant de ne plus jamais parler de la guerre. De la guerre, pourtant, Abderahman sait tout, absolument tout. C’est un jour de marché qu’elle rencontre Shikiri, enrôlé de force dans l’armée avec son ami Ibrahim. Ni une, ni deux, Abderahman en fait joyeusement son mari. Et lui demande de l’aider à se venger des terribles milices janjawids en en tuant au moins dix. Formidable épopée d’une amazone de circonstance dans un monde en plein chaos, le Messie du Darfour est une histoire d’aventure et de guerre, une histoire d’amitié et de vengeance qui donne la part belle à l’humour et à la magie du roman.

SABINE WESPIESER

Oscar de Profundis – Catherine Mavrikakis
Sortie : 25 août 2016 / Prix : 21e

oscar_de_profundis_mavrikakis

La fin du monde est proche. Une pluie glacée s’abat sur les hordes de sans-abri à qui les nantis ont abandonné le centre-ville de Montréal. En cette nuit du 14 au 15 novembre, règne pourtant une effervescence inhabituelle : Oscar de Profundis revient dans sa ville natale pour deux concerts exceptionnels. La rock star s’est fait longtemps prier. Traumatisé enfant, Oscar a fui Montréal des années auparavant. Dans un État mondial qui baragouine le sino-américain, il n’a gardé de ses origines que le culte de la langue française dont il révère les écrivains – le De profundis clamavi de Baudelaire est tatoué sur son dos – et truffe de citations ses chansons. S’appliquant, grâce à son immense fortune, à vivre en marge de l’apocalypse, il accumule dans ses nombreuses résidences les vestiges – livres, disques, films ou même sépultures – d’une civilisation engloutie. L’emploi du temps de son court séjour a été verrouillé. Une immense villa du XIXe siècle accueille la star et sa suite. Tout contact avec l’extérieur est proscrit, d’autant que s’est déclarée la maladie noire, qui a déjà débarrassé plusieurs métropoles de ses miséreux. Dehors, des bandes rivales, sachant leurs jours comptés, mettent la ville à sac. L’une d’entre elles pourtant, menée par la grande Cate, aisément repérable grâce à l’épervier qui ne la quitte jamais, se résout à une ultime révolte. Quand l’état d’urgence est proclamé et les aéroports bouclés, assignant à résidence la rock star, Cate et les siens passent à l’action.


Les Petites Chaises rouges – Edna O’Brien
Sortie : 8 septembre 2016 / Prix : 23e

les_petites_chaises_rouges_brien

Dès qu’il franchit le seuil de l’unique pub ouvert dans ce trou perdu d’Irlande, l’étranger suscite la fascination. Vladimir Dragan est originaire du Monténégro. Il entend s’établir comme guérisseur. On lui trouve un logement, un cabinet médical, et sa première cliente, une des quatre nonnes du lieu, sort de sa séance totalement régénérée. Rien d’étonnant à ce que Fidelma, très belle et mariée à un homme bien plus âgé qu’elle, tombe sous le charme.
L’idylle s’interrompt quand Dragan est arrêté. Recherché par toutes les polices, il a vécu à Cloonoila sous un faux nom. Inculpé pour génocide, nettoyage ethnique, massacres, tortures, il est emmené à La Haye, où il rendra compte de ses crimes. Le titre choisi par Edna O’Brien s’éclaire alors, ainsi que l’introduction rappelant que 11 541 petites chaises rouges avaient été installées à Sarajevo en 2012 pour commémorer la mémoire des victimes du siège.
Le vrai sujet de cet extraordinaire roman n’est pourtant pas la guerre civile de Bosnie, ni la figure de Radovan Karadzic, dont il s’inspire. Avec une infinie tendresse et une infinie compassion, la grande romancière irlandaise se penche sur le destin d’une femme ordinaire, que sa naïveté a rendue audacieuse, et dont l’existence a été ravagée pour avoir vécu, sans savoir à qui elle avait affaire, une brève histoire d’amour avec l’un des monstres les plus sanguinaires du XXesiècle. Après l’arrestation de Vlad, il est impossible pour Fidelma de rester en Irlande. Réfugiée à Londres, dans le monde souterrain des laissés-pour-compte, elle vit de petits boulots, hantée par une honte indépassable, et par la terreur.

SEUIL

Les Sorcières de la République – Chloé Delaume
Sortie : 18 août 2016 / Prix : 20e

les_sorcieres_de_la_republique

Des choses, pas belles, se sont passées, en France, entre 2017 et 2020. Les femmes, par la main de déesses grecques surgies de l’Olympe, ont pris le pouvoir détenu par les hommes depuis des millénaires.
L’Apocalypse, prédite pour décembre 2012, n’a pas eu lieu. Les déesses sont venues se mélanger à la société française. Le Parti du Cercle a imposé ses règles. L’expérience a très mal tourné. Mais comment faire la lumière sur ce règne éphémère et probablement sanglant, alors qu’une amnésie collective a été décidée par référendum au terme de cette page d’histoire, en 2020 ? Une amnésie appelée le Grand Blanc, approuvée à l’unanimité par la population. C’est pour juger cette douloureuse parenthèse que s’ouvre un maxi-procès dans ce qui fut longtemps le Stade de France et qui abrite désormais le Tribunal du Grand Paris. Nous sommes en 2062. À la barre, la Sibylle, prophétesse de la révolution des femmes. Pièces à conviction à l’appui, elle déroule le fil de sa mémoire, et la généalogie des événements. Petit à petit, on découvre la réalité de ces années très spéciales.


Éclipses japonaises – Eric Faye
Sortie : 18 août 2016 / Prix : 18e

eclipses_japonaises

En 1966, un GI américain s’évapore lors d’une patrouille dans la zone démilitarisée, entre les deux Corées. À la fin des années 1970, sur les côtes japonaises, des hommes et des femmes, de tous âges et de tous milieux, se volatilisent. Parmi eux, une collégienne qui rentrait de son cours de badminton, un archéologue qui s’apprêtait à poster sa thèse, une future infirmière qui voulait s’acheter une glace. « Cachés par les dieux », ainsi qualifie-t-on en japonais ces disparus qui ne laissent aucune trace, pas un indice, et qui mettent en échec les enquêteurs. En 1987, le vol 858 de la Korean Air explose en plein vol. Une des terroristes, descendue de l’avion lors d’une escale, est arrêtée. Elle s’exprime dans un japonais parfait. Pourtant, la police finit par identifier une espionne venue tout droit de Corée du Nord. Longtemps plus tard, le lien entre ces affaires remontera à la surface, les résolvant du même coup.

PRESSES DE LA CITE

Une nuit Markovitch – Ayelet Gundar-Goshen
Sortie : 25 août 2016 / Prix : 20e

une_nuit_markovitch

1939. Zeev Feinberg et Yaacov Markovitch quittent leur petit village de Palestine, direction l’Allemagne, où ils ont pour mission d’épouser de jeunes Juives afin de les sauver des griffes des nazis. De retour chez eux, ils leur redonneront leur liberté en divorçant. Mais si Zeev a bien l’intention de retrouver la femme qu’il aime et son enivrant parfum d’orange, Yaacov, lui, ne tient pas à laisser partir Bella, « la plus belle femme qu’il ait vue de sa vie ». Cette dernière est pourtant déterminée à s’en séparer…


La Soledad – Natalio Guesco
Sortie : 1er septembre 2016 / Prix : 20e

la_soledad

Bruno Labastide est venu s’installer à Venise, dans le quartier de Dorsoduro, au terme d’une vie bien remplie durant laquelle il n’a cessé de voyager. Cela fait bien un an qu’il y réside lorsque, un jour, il voit une jeune Japonaise d’une beauté stupéfiante passer devant le café où il a ses habitudes. C’est le coup de foudre. Mais cette dernière, Keiko, ne lui concédera une nuit d’amour que s’il parvient à l’émouvoir avec un poème ou une histoire… Mais par laquelle commencer ?

METAILIE

La double vie de Jesùs – Enrique Serna
Sortie : 25 août 2016 / Prix : 20e

la_double_vie_de_jesus

La ville de Cuernavaca est une poudrière dont tous les niveaux ont été infiltrés par les narcotrafiquants. La vie quotidienne est ponctuée par les échanges de coups de feu, la découverte de cadavres décapités, les cartels se disputent la place. Comment un homme disposé à défendre ses convictions jusqu’au bout, à mettre en pratique ses idéaux de légalité et de justice, peut-il se battre sur ce terrain miné ? Jesús a su, malgré la corruption ambiante, se tenir à l’écart des factions qui utilisent le pouvoir à des fins personnelles. Et il pense qu’il peut accéder à la mairie.
Il va se retrouver dos au mur, pris entre les pouvoirs institutionnels et le crime organisé : menaces de mort, tentatives de corruption, scandales médiatiques, enlèvements, vengeances sanglantes… Mais dans le même temps il découvre l’amour de sa vie, un amour interdit et scandaleux, fatal pour la réputation d’un homme politique.


L’échange – Eugenia Almeida
Sortie : 25 août 2016 / Prix : 18e

l_echange_almeida

À la sortie d’un bar, une jeune femme menace un inconnu puis retourne son revolver contre elle-même et se suicide, ça ne regarde pas la police. “Tout au plus un épisode confus. Sans danger pour les tiers.” Mais Guyot, le journaliste, s’obstine. Il veut comprendre. Il consulte des archives. Il lit les cahiers de la victime. Il cherche. Il ne voit pas les signaux d’alarme. Parfois, il vaut mieux laisser tomber. L’importance du passé est surestimée. Si les gens restaient tranquilles, tout irait mieux. Les voix se multiplient. Beaucoup de coups de fil. Entre les mots, du silence. Des menaces avérées. Des crimes. L’atmosphère est opaque, l’air raréfié.

VERDIER

Marcher droit, tourner en rond – Emmanuel Venet
Sortie : 18 août 2016 / Prix : 13e

marcher_droit_tourner_en_rond

Atteint du syndrome d’Asperger, l’homme qui se livre ici aime la vérité, la transparence, le scrabble, la logique, les catastrophes aériennes et Sophie Sylvestre, une camarade de lycée jamais revue depuis trente ans. Farouche ennemi des compromis dont s’accommode la socialité ordinaire, il souffre, aux funérailles de sa grand-mère, d’entendre l’officiante exagérer les vertus de la défunte. Parallèlement, il rêve de vivre avec Sophie Sylvestre un amour sans nuages ni faux-semblants, et d’écrire un Traité de criminologie domestique. Par chance, il aime aussi la solitude.


Histoire de Knut – Yoko Tawada
Sortie : 25 août 2016 / Prix : 20e
histoire_de_knut

De sa naissance en 2008 à sa mort prématurée en 2011, Knut, un jeune ours polaire, fut la vedette incontestée du zoo de Berlin. Les circonstances exceptionnelles de sa naissance en firent une star mondiale : rejeté par sa mère, une ourse savante, ancienne pensionnaire d’un cirque de la RDA, il ne dut sa survie qu’aux soins de ses gardiens.
De cette histoire vraie, Yoko Tawada a tiré ce roman dans lequel les ours prennent la parole : avant Knut, c’est d’abord sa grand-mère, en proie à une impérieuse vocation littéraire, puis sa mère (que son nom, Tosca, destine de toute évidence à la scène), qui nous racontent leur apprentissage de la vie et leurs rapports compliqués avec les humains.

HÉLOÏSE D’ORMESSON

Lucie ou la vocation – Maëlle Guillaud
Sortie : 18 août 2016 / Prix : 17e
lucie_ou_la_vocation

Lucie est amoureuse. Éperdument. Mais pour imposer celui qu’elle a choisi, elle va devoir se battre. Ne pas céder face aux larmes de sa mère, à l’incompréhension de sa grand-mère, et à la colère de Juliette, sa meilleure amie. Malgré les humiliations quotidiennes, les renoncements, l’isolement et l’ascèse. Elle résiste et rêve d’absolu. Un jour pourtant, le sacrifice qu’elle a durement payé est violemment ébranlé par la découverte d’un secret. S’est-elle fourvoyée ou est-elle victime d’une manipulation?


La faim blanche – Aki Ollikainen
Sortie : 18 août 2016 / Prix : 16e

la_faim_blanche_ollikainen

1867. Une terrible famine dévaste la Finlande. Malgré l’hiver glacial, Marja n’a d’autre solution que de prendre la route avec ses deux jeunes enfants, abandonnant sa ferme et son mari, au seuil de la mort. Elle ira à Saint-Pétersbourg, dans l’espoir d’un sort meilleur. Et ils sont nombreux à se diriger vers le sud, cohortes de paysans errants désespérés mais résolus à survivre. Sur la route, elle rencontre Ruuni, un jeune garçon qui lui semble digne de confiance. Mais face à un tel dénuement pourra-t-il leur venir en aide ? En butte à la méfiance, l’égoïsme et la haine, une lutte de chaque instant s’engage où le vivant tourne au spectre et le climat extrême à l’angoisse pure.

LES EDITIONS NOIR SUR BLANC

Manifeste incertain, t.5 : Vincent Van Gogh, une biographie – Frederic Parjak
Sortie : 1er septembre / Prix : 23e

manifeste_incertain_vincent_van_gogh

Errance existentielle, errance artistique, cette biographie écrite et dessinée met l’accent sur des épisodes peu connus ou mal interprétés de sa vie, notamment de son enfance. La légende de Van Gogh est ici examinée, en particulier son supposé suicide, revu à la lumière du témoignage tardif d’un meurtrier présumé.


Le Bon fils – Denis Michelis
Sortie : 25 août 2016 / 16e

Le bon fils - Denis Michelis

Albertin n’est pas un bon fils, c’est pourquoi son père, fatigué par le départ de sa femme et par son travail, décide d’aller se mettre au vert à la campagne, et va tenter de remettre son fils sur les rails. Tout cela ne semble pas très bien fonctionner dans ce huis clos où ce fils refuse de travailler au lycée et ce père qui refuse de jouer son rôle de parent.L’arrivée inopinée d’un dénommé Hans, un ami de longue date, va tout bouleverser. Derrière ses bonnes manières et ses bons petits plats, Hans ne souhaite qu’une chose : prendre l’éducation de l’adolescent en main et le changer en bon fils. Et pour ce faire, tous les moyens sont bons et l’imagination n’est jamais à court de stratégies…

EDITIONS DES ÉQUATEURS

Le type qui voulait arrêter de mourir – Justine Bo
Sortie : 25 août 2016 / Prix : 18e

le_type_qui_voulait_arreter_de_mourir

« Moi, si j’avais raté ma vie, c’était pour pas froisser le destin. La décence m’avait inculqué l’alcool, les humeurs létales et la mauvaise foi. La foi, ça me connaît. Moi, j’ai foi en tout. L’origine, l’héritage, la renaissance, la résurrection, au nom du Père, de son Saint-Esprit, et de tous les fils qu’il a dû avoir avec la Sainte Vierge.
Fils de rien, soumis aux autres et à la société, Zakar Lerov débarque à Saint-Germain-des-Prés. Il devient l’idole des Lettres et de la nuit. Son indigence et sa descente pour unique capital, Zakar publie, baise et boit. Jusqu’au jour où, la plume asséchée, il décide de faire croire à sa mort. Écrire depuis l’au-delà n’est-il pas le rêve le plus fou jamais réalisé ? Avec la complicité d’Ari, son éditeur, ami et double inversé, il met en scène ses funérailles. Mais voilà que Lerov se vend mieux mort que vivant.
Ari brise leur contrat, lui offre un aller simple pour la Terre sainte. Privé d’identité, Zakar débarque à Bethléem, se voit confier l’intendance d’un bordel à Jérusalem, assiste à la guerre de Gaza, tombe amoureux de la reine des putes… et goûte à la vie avec une acuité nouvelle, au point de craindre la mort « pour de vrai » !


L’opticien de Lampedusa – Emma Jane Kirby
Sortie : 1er septembre 2016 / Prix : 15e

Opticien de Lampedusa

« Là, là-bas, des centaines. Les bras tendus, ils crachent, hoquettent, s’ébrouent comme une meute suppliante. Ils se noient sous mes yeux et je n’ai qu’une question en tête : comment les sauver tous ? »
La cinquantaine, l’opticien de Lampedusa est un homme ordinaire. Avec sa femme, il tient l’unique magasin d’optique de l’île. Ils aiment les sardines grillées, les apéros en terrasse et les sorties en bateau sur les eaux calmes autour de leur petite île paradisiaque.
Il nous ressemble. Il est consciencieux, s’inquiète pour l’avenir de ses deux fils, la survie de son petit commerce. Ce n’est pas un héros. Et son histoire n’est pas un conte de fées mais une tragédie : la découverte d’hommes, de femmes, d’enfants se débattant dans l’eau, les visages happés par les vagues, parce qu’ils fuient leur pays, les persécutions et la tyrannie.


Et vous, ça vous tente ?
N’hésitez pas à aimer/commenter/partager !

Une réflexion au sujet de « Focus sur la rentrée #8 : Zulma / Sabine Wespieser / Seuil / Presses de la Cité / Métailié / Verdier / Héloïse d’Ormesson / Les éditions noir sur blanc / Editions des Equateurs ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *